Skip to content

Zynga face à l’introduction en bourse

  • by

Cet été, Zynga a annoncé son introduction en bourse afin de lever entre 1,5 et 2 milliards de dollars. Fondée en 2007, le géant du jeu Facebook serait en train de rivaliser avec les plus grands développeurs de jeux.

Certains parlaient suite à l’annonce d’une valorisation totale située entre 15 et 20 milliards de dollars. Depuis l’introduction effective en bourse a été sans cesse repoussée, quatre rapports successifs ont parus, et ces rapports ont réduit les estimations de la boîte au bulldog à 5,5 milliards de dollars. Cette estimation reste malgré tout légèrement supérieur au géant du jeu vidéo Electronic Arts. Rappelons que Zynga était parti sur une croissance de 10% par an!

Zynga trop dépendant de Facebook ?

Une des raisons pour cette chute dans les estimations ? La dépendance de Zynga à Facebook. Le développeur de jeu a parfaitement su profiter des opportunités de viralisation du réseau social pour populariser son historique FarmVille et imposer aujourd’hui l’indétrônable CityVille.
Mais Facebook reste la plate-forme numéro 1 pour jouer aux jeux Zynga. Ils ont pourtant bien tenté de mettre leurs jeux à disposition sur Google +, de développer des applications smartphone pour permettre au joueur d’accéder à la même ferme que sur Facebook, ils ont même annoncé très récemment le lancement de leur propre réseau social, afin de prouver que la société peut voler de ses propres ailes. Les jeux Zynga restent indissociables de Facebook.

On peut prendre pour preuve de cette dépendance le choc sur différents blogs qu’a été la récente chute de près de 20 millions d’utilisateurs mensuels qu’a connu CityVille. Ce changement, observable sur AppData, est en fait dû à la modification de la comptabilisation des MAU (Monthly Active Users, Utilisateurs Actifs Mensuels). Facebook a en effet récemment décidé de ne plus compter comme utilisateur mensuel actif ceux qui allaient sur la page de l’application sans s’authentifier. Si la définition d’authentifier n’est pas indiquée plus précisément, on peut imaginer que cette nouvelle contrainte permet de ne comptabiliser que les utilisateurs qui ont véritablement eu recours à l’application, excluant ceux qui ont suivi un lien, jeté un coups d’œil à l’écran d’accueil de l’application, puis ont quitté la page.

Cette soudaine baisse des utilisateurs mensuels actifs sur Faceook peut donc avoir l’apparence d’une catastrophe pour Zynga peu de temps avant son introduction en bourse. Mais une étude un peu poussée permet de voir que ce nouveau chiffre ne fait que compter plus logiquement les utilisateurs. Il entrainera une augmentation du rapport Utilisateurs Actifs Quotidiens/Utilisateurs Actifs Mensuels (DAU/MAU), soit un engagement apparemment plus important des utilisateurs d’applications Zynga. Cette chute du nombre de joueurs “mensuels” sur Facebook ne devrait donc pas être préjudiciable à l’introduction en bourse.

Certains argumentent même que Facebook a une partie non négligeable de ses revenus qui dépendent de Zynga. En effet, l’achat de crédits Facebook sert en grande partie à financer l’achat de biens virtuels dans les jeux Zynga. Et sur chacune de ces transactions, Facebook touche 30% de la somme, en argent bien réel elle. Il s’agirait donc plutôt d’une relation d’interdépendance entre Facebook et Zynga. Enfin, si les différents éditeurs de jeux font la course aux franchises (dans le cas de Zynga avec l’apparition d’Indiana Jones dans Adventure World) les franchises Zynga sont de plus en plus respectées, avec même un projet de film inspiré de Farmville !

sources : VentureBeat.com, MarketWatch.com et gamesbrief.com, photo http://www.flickr.com/photos/danielpan/.