Skip to content

Ce que le jeu peut nous apprendre pour la vie réelle

  • by

Dans ce blog nous vous avons jusque là décrit les mécaniques du jeu, différentes implémentations de ces mécaniques par des acteurs. En quelque sorte ce que le jeu peut apporter à ses créateurs. Mais le jeu ne rapporte pas qu’à ses créateurs, le joueur y apprend aussi des qualités importantes !

Quelles qualités peut bien développer un joueur?

C’est un des principaux arguments de Jane McGonigal, une des gourous de la gamification : les gamers sont des virtuoses à quelque chose. En effet la théorie popularisée par Malcolm Gladwell et Anders Ericsson veut qu’en passant 10 000 heures à pratiquer n’importe quelle activité, on devienne un expert de cette activité. Or les joueurs peuvent passer énormément de temps à jouer : un joueur de World of Warcraft y passe en moyenne 17 heures par semaines, le joueur moyen d’un pays avec une forte culture de jeu aura passé 10 000 heures à jouer aux jeux vidéos lorsqu’il fêtera ses 21 ans.
De nombreux gamers excellent donc dans une activité. Mais dans quelle activité exactement ? Qu’est ce que ces 10 000 heures passées à jouer à toute sorte de jeu vidéo leur ont apprises ?

Pour Jane McGonigal, les 4 qualités principales développées par tout gamer sont : l’Urgent Optimism (le joueur sait que malgré les obstacles il peut réussir), le Social Fabrics (le tissu social, il est renforcé lorsque l’on partage une partie avec quelqu’un),la Blissful Productivity (la productivité heureuse, le joueur est plus heureux à réaliser des tâches virtuelles qu’à être inactif), et le Epic Meaning (un sens épique – à sa mission, sauver le monde).

Pour la chercheuse, il faut alors penser les jeux de manière à ce que toutes ces qualités soient utiles au monde réel, comme elle l’expose dans son discours pour les TED talks. Mais des qualités développées par les joueurs sont également utilisables dans le monde réel sans avoir à créer des jeux, notamment dans l’organisation d’équipes qui ne sont pas dans un même lieu.

Comparer la coordination d’une guilde dans WoW et celle d’une équipe dans une entreprise?

Ainsi, coordonner une guilde dans World of Warcraft ou tout autre jeu multijoueur nous apprend que pour gérer une équipe composée de membres à différents endroits:

  • le contact audio permanent est primordial, il permet d’organiser différentes salles de discussion avec une permanente, une silencieuse et des salles de discussions privées. Et par rapport aux vidéoconférences, il consomme moins de bande passante et il est beaucoup plus fiable.
  • La simultanéité des heures de travail. Pour qu’une activité soit coordonnée entre différentes équipes, ces équipes doivent collaborer aux mêmes heures, même si elles sont chacune d’un côté différent du globe.
  • Les processus itératifs : dans le jeu la boucle de feedback est extrêmement rapide. La réflexion sur un échec est faite tout de suite après, l’ensemble de l’équipe y prend part, et la prochaine tentative suit de peu l’échec précédent. Si cette tentative échoue à nouveau, la boucle recommence avec d’autant plus d’informations.
  • Rester au courant des best practices et autres approches : il est habituel qu’au sein d’une guilde on demande aux joueurs de regarder une vidéo ou lire un article sur une meilleure approche du jeu. Dans une équipe, les best practices doivent donc être conseillées, et l’ensemble de l’équipe tenue au courant.

La réflexion sur les process dans le travail avec des équipes délocalisées peut donc s’inspirer très largement des techniques utilisées par les gamers.

Fitocracy est aussi un exemple, dans le domaine du sport lui, ou des gamers ont tiré des enseignements du jeu pour perfectionner les programmes de musculation. Brian Wang et Dick Talens ont mis en pratique leur capacité à se concentrer sur un objectif, l’analyse des obstacles avant d’atteindre l’objectif, et la recherche de l’amélioration d’un talent coordonné à une progression vers l’objectif pour mettre au point un programme de musculation dédié aux gamers.

Envisagez-vous un avenir ou mentionner que l’on est membre d’une guilde serait-un véritable atout sur un CV ? La question revient très souvent sur les forums de gamers.