Skip to content

Teemo, un voyage sportif

  • by

Teemo est une application gamifiée pour faire de l’exercice. Le sport est l’un des domaines de prédilection de la gamification. Prenons le temps d’explorer Teemo. Est-ce l’application sportive gamifiée ultime ? Quels sont ses avantages ? Ses carences ?

Teemo, sport et gamification

Teemo est un jeu qui nous permet de voyager dans différents pays autour du monde. Chaque voyage est l’occasion de faire un peu d’exercice. On se retrouve chez les Incas, sur les pentes du Mont Everest, à Londres ou dans la mer des Caraïbes. Au total, 10 destinations sont disponibles. Différents types d’exercices correspondent à différents périples : cardio, musculation, étirement… Les exercices sont expliqués grâce à des vidéos.

ESTHÉTIQUE

L’esthétique est un élément fondamental du jeu. Tous les auteurs y font référence (notamment Jess Schell, Scott Rogers). Teemo présente immédiatement à l’utilisateur une interface soignée et met l’accent sur la dimension ludique et graphique de son application. Pour chaque destination des icônes illustrent un endroit paradisiaque ou au contraire moins clément pour les humains. Une fois entré dans les niveaux, une carte représente le voyage qu’il reste à parcourir, étape par étape. Cela plonge l’utilisateur dans un contexte, cela prépare le conditionnement, et c’est très important en gamification.


HISTOIRE

L’histoire est une autre élément fondamental du jeu. Ici, Teemo raconte une petite histoire pour chaque voyage. Si bien que les exercices semblent toujours avoir une véritable utilité. Dans Teemo, on fait des pompes parce que la situation contée l’exige !  C’est la “signification” (meaning) indispensable à la gamification. Par ailleurs, on sait toujours quoi faire ensuite, puisque l’histoire nous guide.



“a visit to the Monkey Forest turns stressful when a macaque steals your wallet. Can you reach him and get it back?”  Il va falloir grimper dans les arbres, c’est sûrement de la musculation…

PLUS D’AVATARISATION

La contextualisation est plutôt réussie grâce à l’histoire. De plus, la durée de vie semble plutôt importante (pour parcourir une seule étape d’un voyage, il faut réaliser une vingtaine d’exercices !).

On regrette juste le manque “d’avatarisation”. À la place de simples statistiques sur nos performances précédentes, on aurait voulu voir l’évolution de notre personnage. Quand on joue la carte de la contextualisation, autant le faire à fond : “vous incarnez un aventurier, vous réalisez des missions autour du monde, mais vous devrez progresser pour accomplir votre destinée”.