Skip to content

La Maison Blanche gamifie ses appels d’offres ?

  • by
  • 3 min read

Avec le site challenge.gov, toutes les organisations du gouvernement américain demandent aux experts du monde entier de proposer leurs solutions à des défis rencontrés dans différents domaines.

Les compétitions technologiques : de Lindbergh aux vols dans l’espace

Le recours à des prix pour repousser les limites de la technologie n’est pas récent. Charles Lindbergh a traversé l’Atlantique dans son avion le Spirit of Saint Louis pour remporter le prix Orteig et ses 25 000$.

La X Prize Foundation a prouvé ces dernières années que de tels prix engageaient encore la recherche. Parmi ses différents projets, on remarque le Ansari X Prize, lancé en 1996, qui promettait 10 millions de dollars au projet qui aura mis au point un vol spatial amenant trois personnes dans l’espace deux fois de suite en l’espace de deux semaines. Le Ansari X Prize, remporté en 2004, avait amené l’ensemble des participants à dépenser une somme estimée à 100 millions de dollars en recherche et développement.

La tendance de ces compétitions est à la hausse. La somme totale de ces prix aurait triplé ces dix dernières années pour atteindre en 2009 un total de 375 millions de dollars en jeu.

Ces prix ont des règles très simples, mais les dynamiques qu’elles entraînent sont complexes. Il s’agit de désigner une ligne d’arrivée : un objectif établi et particulièrement ambitieux. Pour inciter les experts à participer, on y ajoute une récompense, la plupart du temps une somme d’argent, qui est de toute façon complétée par le prestige, la reconnaissance des pairs. Il s’agit ensuite d’ouvrir le plus possible ce problème pour avoir une plus grande variété de solutions.

Les avantages que peuvent avoir ces compétitions pour le gouvernement américain

Ces compétitions ont l’avantage de n’engager des dépenses pour la société organisatrice que s’il y a effectivement un résultat, que si le problème a été en effet résolu. Aucune dépense n’est engagée avant la résolution. Le fait que différentes équipes concourent en assumant leurs risques individuellement permet d’arriver à des solutions qui suivent des approches très différentes, et donc de bénéficier d’autant plus d’expertise. Par rapport aux processus d’innovations habituels qui parviennent le plus souvent à des innovations incrémentales, ils permettent d’arriver à des innovations radicalement différentes. En effet ils amènent à participer des experts dans certains domaines qui n’auraient jamais été contactés avec par exemple un appel d’offres traditionnel.

Michelle Obama et Jill Biden annoncent un prix pour le projet Joining Forces Community Challenge. Il s’agit de chercher des solutions pour mieux accueillir les militaires et leurs familles récemment mutés dans leurs nouvelles communautés.

Sur challenge.gov, le gouvernement américain met donc en jeu des sommes pouvant atteindre 10 millions de dollars pour le développement de solution. Les projets vont du développement de gants pour descendre des cordes avec du matériel au développement d’applications pour renseigner les entrepreneurs sur les ressources qui leur sont offertes par le gouvernement fédéral.

Le site est entièrement public. Tous les visiteurs du site peuvent “supporter” un de ces challenges, le diffusant ainsi à leur réseau d’amis, et montrant leur intérêt pour développer une solution à ce problème. Le but est ainsi de viraliser ces compétitions pour contacter le plus possible d’experts qui pourraient parvenir à une solution.

Le succès de challenge.gov montre donc bien que ces mécaniques de jeu très basiques sont donc loin d’être éculées.