Skip to content

Gamification de l’argent de poche avec Playmoolah

  • by

Min Xuan Lee et Audrey Tan sont deux diplômées de Stanford. Suite à la crise financière de 2008, elles ont voulu éduquer les enfants à gérer leur argent de manière raisonnable, en gardant les pieds sur Terre. C’est comme ça qu’est né Playmoolah, un jeu pour enfant s’inspirant des meilleures pratiques de la gamification en matière d’éducation. 

Gamification de la gestion de l’argent

Playmoolah recourt aux différentes mécaniques de jeu nécessaires dans le processus d’apprentissage via la gamification.

Avatarisation

L’avatarisation, c’est le fait de créer un personnage auquel le joueur peut s’identifier. Dans Playmoolah, l’enfant doit créer un rêveur. Le rêveur a de nombreux projets, de nombreux désirs. Mais il ne peut pas tout acheter tout de suite. Il n’a pas assez d’argent. Pourquoi ? Parce qu’il est dans un environnement économique, il lui faut gagner de l’argent. L’avatar a différents niveaux reliés à ses performances dans les multiples mini-jeux.


Contexte

Le jeu situe chaque action dans un contexte, certes virtuel, mais proche métaphoriquement de la vraie vie. Une monnaie virtuelle, les Moops, permet de donner des valeurs aux objets. Il y a des moyens pour gagner de l’argent, pour le dépenser, le donner, l’épargner, l’investir.


Comme dans la vraie vie, on peut gagner de l’argent en travaillant au restaurant, à l’hôtel ou à l’hôpital.  On peut aussi aller au centre commercial pour dépenser ce qu’on a gagné. Suivant que l’enfant gagne beaucoup ou peu d’argent, il préférera aller dans le magasin discount ou bien acheter des produits de bien meilleure qualité.

Au fur et à mesure de la progression, on pourra apprendre de nouveaux concepts. Des mini-jeux permettent d’éduquer les enfants dans leur perception de l’argent. Par exemple, un mini-jeu propose d’associer différents produits à un “besoin” ou un “désir” : l’enfant apprend ainsi l’essentiel et le superflu.

Un jeu ancré dans le monde réel

Playmoolah a remporté un large succès auprès des institutions bancaires et financières. Le jeu pourrait à terme être intégré à certaines banques, soucieuses de transmettre une bonne image à leurs jeunes clients. Par ailleurs, à travers la rubrique “Don” l’enfant est familiarisé avec les problématiques d’accès à l’éducation, aux soins des enfants défavorisés.

Pour résumer, Playmoolah intègre parfaitement les ressources de la gamification, pour faire un vrai jeu, vraiment éducatif.